0

Ces 2 premières expériences inédites pour moi à l’époque sont arrivées de manière isolée au cours de l’année 2013. Elles ont certes ravivé ma curiosité en ces phénomènes mais mon esprit pragmatique n’ayant pas encore eu de preuve de la réalité objective de ces expériences m’a temporairement conduit à douter de ce que j’avais vécu.
Alors qu’au réveil de la première expérience j’étais persuadé avoir vécu un voyage astral, je n’en étais finalement plus très sûr.
Tous les témoins vous diront que ces expériences restent ancrées profondément dans la psyché, c’est tout-à-fait vrai, mais malgré tout, le temps finit quand même par faire ses œuvres comme pour n’importe quel instant vécu dans une vie, et l’esprit rationnel occidental de prendre le dessus sur la croyance en ce genre de phénomène.
J’avais donc mis de côté ces 2 épisodes. Même si j’étais reconnaissant d’une telle expérience, je ne recherchait pas spécialement à le revivre.

C’est à la fin de l’année 2013 qu’un collègue de travail, sans que je ne lui en ai parlé préalablement, a fait mention du voyage astral dans une de nos conversations. Il s’y intéressait et avait déjà lu quelques ouvrages traitant du sujet (ce qui n’était pas mon cas à l’époque). Il me parla également des sons binauraux « Hemi-sync » développés par l’institut Monroe dans les années 70. Robert Monroe était un expérienceur américain, auteur de plusieurs ouvrages sur le sujet et considéré comme l’un des précurseurs dans la vulgarisation du phénomène de la sortie hors du corps. Ingénieur du son, il avait fondé l’institut Monroe et avait dédié son temps à étudier ce phénomène et tenter de le faciliter à l’aide de sons spéciaux dits « binauraux ».
Quoiqu’il en soit, j’ai trouvé étonnant que mon collègue aborde le sujet et ma curiosité ayant été piquée je me suis mis en tête de tenter l’expérience des sons binauraux.

C’est à partir de là que tout a commencé à s’enchaîner à une cadence folle, me faisant chuter dans le terrier du lapin blanc.

0